Accueil > Notre environnement > Station d'épuration

Extension de la station d'épuration de Buzet-sur-Tarn

La station d'épuration de BUZET, près du cimetière.

Le 4 juillet 2008, a été inaugurée la nouvelle station d’épuration de BUZET-SUR-TARN Etaient présents M. Pierre IZARD, président du Conseil Général de la HAUTE-GARONNE, M. Jean-Pierre PLANCADE, sénateur de la HAUTE-GARONNE, M. André LAUR, conseiller général du canton de MONTASTRUC, le maire de BUZET M. Jean-Claude CARRIE, entouré des membres du conseil municipal actuel et passé, et les représentants des entreprises concernées.

Une station d’épuration a pour but d’extraire les différents polluants contenus dans les eaux. Ainsi les « eaux usées » deviennent-elles des eaux propres ou des boues.
Les eaux propres sont rejetées dans la rivière.
Après stockage dans la station, les boues, quant à elles, sont compostées sur la plate-forme SAUR France et épandues sur les terres agricoles.

Quand, le 6 juillet 1979, le conseil municipal de BUZET avait décidé de doter la commune d’une station d’épuration et d’un réseau d’assainissement, opérationnels en 1983, le village comptait dans les 700 habitants. 25 ans plus tard, la commune compte environ 1000 habitants de plus. Comme le précise Jean-Claude CARRIE cette plus forte concentration de population et des préoccupations environnementales toujours croissantes ont abouti à « une station d’épuration de plus grande capacité (1750 équivalent-habitants) et plus performante ».
« Il est de notre devoir de nous préoccuper du devenir des eaux polluées dans le respect des exigences de la santé publique, de l'environnement et de la qualité de vie », souligne André LAUR, en rappelant l'importance dans notre société de consommation de la préservation de l'environnement. L'extension de la station d'épuration s'inscrit dans les mesures en faveur de l'environnement et Pierre IZARD mesure l'importance de la modernisation des procédés de fonctionnement de cette nouvelle station, félicitant la municipalité d'avoir pris la décision de la revalorisation de la station, au regard de l'augmentation de la population et des nouvelles données écologiques.

La station d’épuration représente un investissement total de 678 235 euros hors taxes.
Le conseil général de la HAUTE-GARONNE a subventionné 30% des travaux, soit 165 235 euros.
De plus, le même conseil général a allégé les intérêts de l’emprunt contracté à cette occasion.
L’agence de l’eau ADOUR-GARONNE a subventionné 25% des travaux, soit 161 000 euros (Etablissement public du ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du Territoire, l'agence de l'eau met en œuvre les orientations de la politique de l'eau).
Après mise en concurrence pour savoir qui gèrerait cette station d’épuration, a été retenu le SDEA, Syndicat des Eaux et de l’Assainissement, qui avait d’ailleurs géré l’ancienne station avec un service irréprochable.
Groupement de collectivités (communes, intercommunalités, départements…), le SDEA a été créé en 1939 par des élus précurseurs. Ceux-ci avaient en effet perçu l'intérêt d'un outil de coopération à l'échelle départementale, en complément des syndicats locaux de communes. L'objectif recherché était, et demeure, de mettre en commun entre collectivités rurales et de taille moyenne des services techniques et administratifs spécialisés dans les domaines de l'eau puis de l'assainissement au même titre que ceux des grandes agglomérations. L'enjeu est d’assurer, dans un contexte d'exigence croissante, confort aux usagers et protection de l'environnement en mobilisant l'ensemble des savoir-faire nécessaires tout en bénéficiant d'économie d'échelle.
Le cabinet ARRAGON, bureau d’études, a assuré la maîtrise d’ouvrage de la station, les entreprises TOUJA et MSE (Matériel Santé Environnement) l’ont réalisée, le tout avec le concours du Crédit Agricole.